Parti Libertarien

Le Premier Parti Libéral et Libertarien de France

NON, je ne suis PAS Charlie !

Posté dans Société le 02/06/2017

Comment peut-on dire "je suis Charlie" sans passer pour un opportuniste profondément hypocrite et islamophobe ? On ne peut pas.

L'affaire Charlie hebdo est un microcosme des principaux problèmes de la société française actuelle : étatisme, xénophobie, rejet de l'autre et hypocrisie.

Contrairement à ce que racontent les médias fascistes, le problème n'est pas que "les musulmans ne respectent pas la liberté d'expression". Le problème est que la France ne respecte pas la liberté d'expression.

La France est le pays du fascisme et de l'hypocrisie, mais encore une fois elle cherche à accuser ses détracteurs de ses propres crimes.

La France islamophobe veut déifier Charlie Hebdo

Je ne suis pas Charlie, car je ne suis pas hypocrite.

Ce ne sont pas "les musulmans" qui ont un problème avec la liberté d'expression, c'est la France.

C'est la France, plus que les musulmans, qui cherche à censurer la parole des citoyens au travers de lois d'aspirations fascistes comme HADOPI, la loi "anti-burqa" ou encore la loi "anti-outrage".

Comment la France peut-elle oser justifier son islamophobie fanatique derrière la liberté d'expression, alors qu'elle a fait interdire UN VÊTEMENT, la burqa, quand la droite française était au pouvoir ?

On parle ici d'un vêtement, pas d'une caricature, pas d'un blasphème et pas d'une insulte envers la foi de plusieurs millions de personnes résidant en France.

Mais le ridicule ne s'arrête pas là.

La France a aussi fait interdire :

  • l'outrage (délit fictif inventé pour protéger les policiers corrompus)
  • l'apologie du "terrorisme" (définition bien vague, qui permet de faire condamner n'importe qui)
  • le port du voile intégral
  • le port de signes religieux
  • la consommation d'une plante (le cannabis)
  • la consultation de sites "terroristes"
  • la contestation des décisions de justice
  • le fait de filmer les violences policières

Et tout ça au nom de la liberté d'expression. Bravo la France, quelle belle hypocrisie.

Et après tout ça, les membres de la droite fasciste viennent se positionner en hérauts de la liberté d'expression devant les caméras des médias corporatistes.

L'affaire Charlie Hebdo instrumentalisée par les élites

Mais le pire, c'est que quelques jours après les "attentats" de Charlie Hebdo, la police nationale a fait arrêter un jeune "djihadiste" de huit ans dans une école primaire... son crime ? avoir dit "Je suis Kouachi" au lieu de régurgiter la propagande officielle "Je suis Charlie".

Donc la France fait arrêter des enfants de huit ans parce qu'ils ne répètent pas mot pour mot ce avec quoi les tenants de la pensée unique néofasciste veulent les endoctriner ?

Et après les élites politico-médiatiques osent faire la morale aux musulmans au nom de la liberté d'expression, liberté qu'ils bafouent eux-mêmes constamment et en totale impunité ?

C'est ça le vrai drame de l'affaire Charlie Hebdo. Que la France raciste ait réussi à faire porter le rôle d'opposant à la liberté d'expression aux musulmans, alors que c'est elle même qui est le premier à la nier.

Vive l'hypocrisie de Charlie.

Charlie Hebdo, une France hypocrite

Ce ne sont pas les musulmans qui ont un problème avec la liberté d'expression, c'est la France.

La France, pays terroriste qui va faire la guerre au Mali pour de l'or, la guerre en Afghanistan pour du pétrole, et la guerre à ses propres citoyens (de huit ans, pour faire plaisir à Frédéric Mitterrand je suppose) qui ne pensent pas "comme il faut"... et après les médias viendront nous dire que ce sont "les musulmans qui ne respectent pas la liberté d'expression".

Non, c'est la France qui ne respecte pas la liberté d'expression.

En France, la liberté d'expression n'existe QUE quand il s'agit de diffamer les musulmans, les sans-papiers, les femmes ou les minorités ethniques.

S'en servir dans d'autres circonstances c'est "faire l'apologie du terrorisme".

Dans ces conditions je ne peux pas être Charlie.

Je serai Charlie quand les groupes privilégiés (patronat, police, armée, politiques) seront logés à la même enseigne que les musulmans, et que l'on pourra se permettre autant de critiques, de caricatures et d'insultes envers eux qu'envers l'Islam et son prophète.

Ce n'est clairement pas le cas aujourd'hui, puisque le simple fait de contester la toute-puissance policière et l'impunité des forces de l'ordre relève de l'outrage (un délit d'opinion, ça sent bon le stalinisme réactionnaire).

Malcolm X avait un demi-siècle d'avance sur les fachos Charlistes et leurs idiot utiles médiatiques : "Si vous n'êtes pas vigilants, les médias arriveront à vous faire détester les gens opprimés et aimer ceux qui les oppriment".

Je ne suis pas Charlie car je ne suis pas hypocrite.

> > NON, je ne suis PAS Charlie !