Parti Libertarien

Le Premier Parti Libéral et Libertarien de France

La Vérité sur les Drogues et le Cannabis en France

Drogues et Cannabis

Ce dossier commence par l'aspect social de la consommation de drogues.

Bien sûr, il n'est secret pour personne que toutes les formes d'autorité aujourd'hui sont largement considérées comme étant suspectes et dépourvues de toute crédibilité ou de confiance auprès de personnes de tous âges.

À savoir, un sondage est sorti au début de l'année qui posait la question suivante : "Avez-vous confiance en k'État Français ?". 65% des répondants ont dit NON, et 12% étaient indécis. On se demande vraiment ce que les 23% restants ont foutu pendant les 30 dernières années.

Il est probable que l'une des principales raisons de ce manque de respect pour l'autorité est la croyance presque imbécile des autorités gouvernementales et étatiques qu'il est possible d'empêcher les gens de prendre de la drogue par le biais de lois.

Drogues et Cannabis, une psychose étatique
Drogues et Cannabis, une psychose étatique

Les lois contre la prise de drogues ont évidemment été un échec plus que complet, si en effet l'intention de ces lois est d'empêcher la consommation de drogues. La réalité est que les lois contre l'utilisation de drogues (évidemment je me réfère à la drogues dite illicite et non pas aux médicaments industriels, tout aussi dangereux cela dit en passant) ont eu l'effet de promouvoir l'utilisation de drogues plus qu'autre chose.

L'inverse de l'effet désiré, si on par du principe que le but des lois anti-drogues est d'empêcher la consommation de drogues. Un grand si.

La Drogue, une prohibition rentable pour les élites

Si nous nous posons la question "Qui a à gagner de la contrainte sociale actuelle contre l'utilisation de drogues illicites ?", la réponse n'est évidemment pas les dits "toxicomanes" et les utilisateurs lambdas. Le statut illégal de ces substances signifie qu'elles ne peuvent qu'être achetées via le "marché noir".

Cela signifie nécessairement que leur commerce vient avec une grosse prime pour le vendeur, et il est clair que le prix de leur achat a progressivement augmenté au fil des années. Ainsi la prise de drogues est devenue une pratique très coûteuse.

Sachant que la plupart des usagers de drogues ne sont pas dissuadés par la loi, la loi a simplement signifié que l'usage de drogues est devenu plus cher. Par conséquent la production de drogues illicites et la commercialisation de ses produits dérivés sont devenues plus rentables.

C'est cette augmentation de la rentabilité qui a assuré que les drogues seront toujours disponibles en quantités abondantes.

La rentabilité du commerce de drogues illicites a été le principal moteur derrière les cartels de drogues et les gangs de rue avec tous les maux sociaux qui en découlent. Bien sûr, les organismes étatiques qui prétendent policer l'usage des drogues, et qui édictent en outre les lois contre les drogues, profitent aussi grassement de ces lois dites anti-drogues et c'est là l'aspect le plus intéressant de l'échec (ou du succès, selon le point de vue) de la prétendue "guerre contre la drogue" si chère aux ministres de la droite réactionnaire.

Un échec, sur la surface, parce que ces lois ont été singulièrement et incroyablement inefficaces pour enrayer la consommation de drogues par la population en général.

Un succès, parce que cet "échec" se révèle quand même très profitable pour les autorités étatiques et pour la sacro-sainte police nationale (au-dessus de tous soupçons, évidemment...).

La lutte anti-drogue, un business très rentable

Toutefois, si les intentions des lois contre les drogues sont, comme il s'avère de plus en plus, de produire des bénéfices vertigineux pour les cartels de la drogue dont la prétendue police nationale qui trempe dans on ne sait combien d'affaires de drogues (même les médias ne peuvent plus le cacher), et tous les divers organismes étatiques mis en place pour persécuter et emprisonner les consommateurs non-violents, alors il faut dire que les lois sur les drogues sont un succès retentissant.

On ne compte plus le nombre de cas où les membres de forces de l'ordre ont été impliqués dans des affaires de drogues, et n'ont jamais été inquiétés par la "Justice". Pas étonnant, donc, que les syndicats policiers soient si férocement anti-drogues... ils ne font que défendre leur territoire.

Les Nations Unies estiment que les drogues illicites produisent près de 500 milliards de dollars par année en recettes et représentent 8% du commerce mondial.

Il n'est pas étonnant alors que des élites étatiques la société française souhaitent garder ces drogues illicites et illégales - il ne faut pas tuer la poule aux œufs d'or.

Le Cannabis, la guerre de l'État contre une plante

Dans La Planète des Singes, on assiste à un affrontement assez ridicule quoique bien mis en scène entre l'Homme et le Singe, donc entre le royaume humain et le royaume animal.

En France, on fait encore plus ridicule : l'acharnement compulsif et un brin autiste des autorités étatiques contre le cannabis, une plante. Après la guerre de l'Homme contre l'Animal, voici la guerre de l'Homme d'État contre le Végétal.

Petit rappel pour les étatistes de tous bords : le cannabis n'est pas une drogue.

Une drogue est définie comme une "substance psychotrope provoquant le plus souvent une dépendance et utilisée pour modifier son état mental". Le cannabis étant une plante (le THC est sa composante psychoactive), il ne peut donc pas être qualifié de drogue. Par contre la définition de "substance psychotrope provoquant le plus souvent une dépendance et utilisée pour modifier son état mental" correspond bien plus aux produits de Sanofi et compagnie (les grandes entreprises pharmaceutiques toujours très proches de l'état) qu'à la plante de cannabis.

Mais revenons-en à la prohibition anti-drogue et anti-cannabis.

Vers une légalisation des drogues et du cannabis

Ainsi, il est inutile de s'attendre à ce que les autorités quelque chose de positif à dire dans toute résolution de l'usage de drogues. Ils ont tout à perdre en rendant les drogues légales, et rien à gagner en autorisant les citoyens à choisir librement d'utiliser des drogues ou non.

La légalisation des drogues signifie en outre que les autorités étatiques perdent leur contrôle juridique implicite sur les personnes qui se trouvent en possession de drogues illicites. Et avoir moins de citoyens non-violents enfermés risque de faire perdre pas mal de sous aux industries des prisons, et ça il ne veulent surtout pas.

Du point de vue de l'industrie des prisons, le meilleur pensionnaire est l'innocent non-violent enfermé pour rien : c'est celui qui cause le moins de problèmes, et c'est le plus rentable. Voilà les vraies raisons de la prohibition anti-drogue et anti-cannabis.

La légalisation des drogues, une réalité

Il est évident toutes les drogues devraient être légales et régulés comme les médicaments pharmaceutiques, qui après tout sont responsables de beaucoup plus de morts chaque année que le crack ou l'héroïne, et les médicaments pharmaceutiques de Sanofi sont beaucoup plus puissants toxiques que les drogues illicites, comme le taux de mortalité en témoigne.

Et ces décès dus à l'utilisation de produits pharmaceutiques ne sont pas des morts par overdose, au passage. Non, ce sont les décès causés par des gens qui prennent des médicaments d'ordonnance prescrits par leur médecin (ce qui, bien sûr, fait de la profession médicale moderne le plus grand cartel de drogues de l'histoire de l'humanité).

Il est évident que les autorités gouvernementales n'ont rien de constructif et positif à proposer et préfèrent prétendre qu'ils font quelque chose au sujet du "problème de la drogue", que l'état français a délibérément créé pour des raisons de profit et de contrôle.

Ainsi, pour les personnes vivant en France, nous sommes inondés de propagande médiatique sur les "dangers du cannabis" et de stratagèmes pathétiquement évidents pour extraire l'argent du public pour divers organismes officiels de "lutte anti-drogue". On se demande si ces gens sont profondément cyniques et hypocrites ou tout simplement cons - ou peut-être les deux.

La légalisation des drogues et du cannabis est une réalité, et la France profonde doit s'y préparer.

Pour plus d'informations sur ce sujet lisez http://www.parti-libertarien.com/drogues.

Vous pouvez aussi partager ce dossier sur les réseaux sociaux ci-dessous.